Pascale PY
Hypnose à Rennes

MYTHES ET CROYANCES AUTOUR DE L’HYPNOSE

14 Juil 2021 Pascale PY

Depuis des siècles, l’hypnose suscite de nombreux fantasmes.

Egratignée par l’hypnose de spectacle, les émissions télévisées, le cinéma et la littérature, la pratique de l’hypnose souffre d'une image galvaudée.

Parmi les idées reçues, voici les plus courantes :

 

« L’hypnose, c’est de la magie…  Une séance et c’est plié ! »

L’exemple le plus frappant concerne l’arrêt du tabac. Combien de fois ai-je entendu des personnes qui avaient consulté un hypnothérapeute me dire, après une seule séance : « de toute façon, ça n’a pas marché pour moi, je fume toujours ! ». Ceux-là remettaient systématiquement en cause les compétences du praticien.

 

Que répondre par ailleurs à cette demande récurrente : « si je pouvais arrêter en une seule séance ce serait top ! », sinon : « en effet, ce serait génial mais ça ne marche pas comme ça ». Pour quelles raisons ?

 

  • Parce que la volonté du patient et primordiale. Sans elle, le thérapeute ne pourra rien. Il n’est pas magicien.

 

  • Parce que chacun a sa propre histoire avec la cigarette.  Chaque fumeur est unique, de même que l’accompagnement dont il a besoin. Aucun script n’existe. Si on cherche à vous en imposer un, fuyez !

 

Il est vrai que certains clients réussissent à se libérer du tabac en une seule séance mais c’est loin d’être une généralité.

 

Généralement, le symptôme pour lequel un client consulte n’est que la face visible de l’iceberg. Pour éradiquer cette dépendance, il est nécessaire de comprendre pour quelles raisons vous l’avez développée. L’hypnothérapeute devra donc travailler avec vous à plusieurs niveaux, ce qui pourra prendre plusieurs séances.

 

 

« L’hypnose, c’est de la magie… Je n’ai qu’à m’allonger et attendre que la séance passe ! »

Dans la série des fausses idées, certains clients pensent ne rien avoir à faire pendant leur séance. Il compte sur les seuls talents du praticien. Leur pensée se résume ainsi à un simple « hop ! Je m’allonge et au terme de ma sieste, me voici soulagé de tout ! ».

 

Pour commencer, personne ne s’allonge dans mon cabinet. Je souhaite que mes clients soient pro-actifs dans leur démarche. La position assise - parfois debout - est par conséquent la plus appropriée pour une séance.

 

Ensuite. Certes, l'hypnose est un outil très efficace ; mais elle ne se substitue en rien à la volonté de chacun. Comme indiqué sur mon site internet, il est important de comprendre que le client est le seul responsable de son changement. Le praticien n’est qu’un accompagnant qui le guide vers son objectif.

 

 

 « Sous hypnose… on peut me faire faire n’importe quoi ! » 

Cette idée reçue provient surtout d’émissions et de spectacles pendant lesquels des membres de l’assistance sont systématiquement ridiculisés. N’avez-vous jamais vu quelqu’un se rouler par terre ou faire la poule à la télévision ? Quand cela n’est pas pire…

 

Beaucoup d’entre nous ont peur de perdre le contrôle. Cette inquiétude est tout à fait légitime.


Pendant la transe hypnotique vous ne perdez pas conscience. Vous continuez à tout entendre : aussi bien les questions du praticien que les paroles que vous prononcez. La transe n’est ni un sommeil ni une perte de connaissance. Vous conservez totalement votre libre arbitre. Vous décidez de vos actes, et vous pouvez mettre un terme à l’expérience à tout le moment si vous le souhaitez.

 

Sachez que votre inconscient vous protège. Grâce à lui personne au monde ne pourra jamais vous faire faire quoique ce soit contre votre volonté. L’hypnose ericksonienne ne vous fait pas « perdre le contrôle ». Elle vous le redonne, tout au contraire, en vous offrant l’opportunité de vous dépasser.

 

​Votre thérapeute est votre partenaire professionnel. Il est là pour vous aider à atteindre vos objectifs. Son rôle est de les comprendre, de respecter vos limites et d’influencer positivement le processus de changement qui s'opère en vous. Son influence est de l’ordre de l’accompagnement et du soutien.  

 

 

« L’hypnose, ça peut être dangereux »

Encore une fausse croyance véhiculée par des personnes qui ne savent pas de quoi elles parlent. Non, l’hypnose n’est absolument pas dangereuse ! Comme déjà évoqué sur mon site, il s’agit d’un état naturel de conscience modifiée. Le praticien l’amplifie à des fins thérapeutiques, c’est tout.

 

​A mon sens, une seule configuration existe dans laquelle l’hypnose peut être considérée comme néfaste ; c’est lorsqu’elle est utilisée à des fins purement commerciales et peu scrupuleuses, donc malveillantes. D’où l’importance de choisir un praticien sérieux avec lequel vous vous sentirez en sécurité.

 

Le choix du praticien est en effet primordial. Consulter un hypnothérapeute est une démarche importante. Un praticien certifié vous fera gagner du temps et de l’argent. Il m’arrive trop souvent de croiser des opportunistes qui utilisent l’étiquette « hypnose » pour vendre tout et n’importe quoi : séances de relaxation, de méditation « guidée », de sophrologie, de magnétisme… Quand on ne vous propose pas de contacter vos défunts !

 

Soyons clairs. La sophrologie, la relaxation et la méditation sont des pratiques on ne peut plus respectables, mais elles ne relèvent en aucun cas de l’hypnose.

 

L’hypnose est un métier. Pour devenir praticien, il faut y avoir été formé par une équipe pédagogique reconnue, qui délivre un diplôme après validation du cursus.

 

La pratique de l’hypnose demande un savoir-faire, une technicité, qui se travaillent et s’enrichissent au fil des années. Elle nécessite beaucoup de pratique, de même qu’une supervision par un confrère.

 

N’hésitez pas à me demander quelles sont mes qualifications et diplômes. Quand on est un professionnel, on n’a aucun mal à être transparent sur son parcours.

 

« Et si je ne me réveillais pas ? »

Que les choses soient claires : pendant une séance d’hypnose ericksonienne, vous ne dormez pas ! Au contraire, vous restez conscient. Votre état de vigilance est simplement modifié.

 

 

 « Tout le monde n’est pas hypnotisable »

Comme indiqué sur mon site, l’état d’’hypnose est totalement naturel. D’ailleurs, nous y accédons tous plusieurs fois par jours lors de transes légères.

 

La seule chose qui puisse varier d’une personne à une autre n’est pas sa capacité à entrer dans un état hypnotique, mais sa faculté à le faire plus ou moins rapidement. Ainsi en va-t-il des mystères de notre cerveaux. Quand certains auront des prédispositions pour jouer du piano ou dessiner, d’autres auront la faculté de lâcher prise de manière innée. Par lâcher prise, j’entends quitter toute forme de crispation et toute tentative de contrôle sur soi-même et son environnement.

 

Comme n’importe quelle autre activité, l’hypnose nécessite qu’on lui consacre du temps et de l’entraînement.

 

Dernier facteur déterminant, la relation de confiance que vous instaurerez avec votre thérapeute. Si vous ne vous sentez pas à l’aise avec lui ou qu’il ne vous inspire pas confiance, il vous sera difficile d’aller quelque part.


Articles similaires

Derniers articles

À la une

14 Juil 2021

Depuis des siècles, l’hypnose suscite de nombreux fantasmes.
Egratignée par l’hypnose de spectacle, les émissions télévisées, le cinéma et la littérature, la pratique de l’hypnose souffre d'une ima...

15 Mar 2022

Vous en avez assez de faire des kilomètres pour chercher désespérément un bureau de tabac ouvert un dimanche soir ? Ou de devoir vous assurer que vous aurez suffisamment de cigarettes pour tenir to...

Catégories

Aucune catégorie à afficher

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.